Ne pas confondre la formation d’électricien hors construction et d’électromécanicien

Eric Cloutier
Mai 16, 2014
Écrit par
Trop d’entreprises détentrices de permis de constructeurs-propriétaires embauchent des électromécaniciens plutôt que des électriciens hors construction, sans tenir compte des risques d’accidents électriques que ce choix comporte selon l’Association des constructeurs-propriétaires en électricité et des électriciens d’entretien du Québec (AcpééeQ).
Trop d’entreprises détentrices de permis de constructeurs-propriétaires embauchent des électromécaniciens plutôt que des électriciens hors construction, sans tenir compte des risques d’accidents électriques que ce choix comporte selon l’Association des constructeurs-propriétaires en électricité et des électriciens d’entretien du Québec (AcpééeQ). (Photo: Shutterstock)
L’Association des constructeurs-propriétaires en électricité et des électriciens d’entretien du Québec (AcpééeQ) lance une mise en garde aux compagnies qui sont souvent tentées d’avoir recours aux services d’électromécaniciens pour effectuer certains types de travaux qui requièrent plutôt ceux d’électriciens d’entretien, communément appelés électriciens hors construction.

 

 

Ne pas tenir compte des différences existant entre les formations des métiers d’électricien et d’électromécanicien en embauchant le travailleur le moins formé pour effectuer certains types de travaux équivaut à mettre potentiellement l’électromécanicien à risque de choc électrique et à courir au devant de problèmes.

C’est grosso modo le message de prévention que le président de l’ApcééeQ, Bernard Delorme, adresse aux entreprises qui embauchent des électromécaniciens au détriment d’électriciens mieux préparés pour de tels travaux. Documents à l’appui, M. Delorme explique que seul le cours intitulé «Vérification d’un circuit mécanique», que comprend le programme d’études en électromécanique de systèmes automatisés mis sur pied par le ministère de l’Éducation (MEQ), est commun avec la formation que reçoivent les électriciens. Il s’agit d’un cours de 120 heures.

Le programme d’électromécanique de systèmes automatisés, d’une durée totale de 1800 heures, permet à un électromécanicien de tels systèmes de réparer, d’entretenir, d’installer, d’assembler l’équipement de production automatisée et l’équipement de mécanique d’un bâtiment et d’en assurer la maintenance selon ce que rapporte la description de ce programme rédigée par le MEQ. Les électromécaniciens travaillent «plus particulièrement à réparer des moteurs, des vannes, des pompes, des consoles hydrauliques, des éléments de transmission, des roulements à billes et des systèmes de commandes automatisés», explique le Ministère.

Le programme d’Électricité, pour sa part, forme des électriciens (qu’ils oeuvrent dans le milieu de la construction ou hors construction) travaillant «à l’installation de systèmes électriques dans les secteurs résidentiel, commercial, institutionnel, industriel et des travaux publics, ainsi qu’à l’entretien des systèmes électriques liés à la machinerie de bâtiment des secteurs manufacturier, institutionnel et industriel», écrit le MEQ.

Les tâches d’installation, de modification, d’entretien, de réparation et de dépannage que peut effectuer un électricien concernent aussi bien des systèmes électriques d’éclairage, de chauffage et de force motrice que l’instrumentation électronique et les automates programmables.

«Le métier se caractérise par l’introduction de nouvelles technologies dans les domaines de la domotique, des systèmes avertisseurs, de l’instrumentation électronique et des automates programmables. La fixation et le raccordement des câbles électriques, des canalisations et des boîtiers contenant les branchements, les panneaux de distribution, les transformateurs et les commandes constituent la partie la plus importante de la tâche des électriciennes et des électriciens lors d’une installation.

Selon Bernard Delorme, les électriciens hors construction et les électriciens en construction suivent un DEP en électricité de 1800 heures de formation. Les électriciens doivent identifier les problèmes, faire un diagnostic et des choix de solutions convenant le mieux à chaque situation. De plus, l’apprenti en électricité hors construction doit démontrer qu’il a expérimenté plus de 300 tâches liées au métier d’électricien; ce que ne font pas les apprentis électromécaniciens.

«Le problème d’embauche d’électromécaniciens plutôt que d’électriciens hors construction existe depuis plusieurs années. Cependant, il s’avère de plus en plus présent. Il en coûte moins cher à une entreprise d’embaucher un électromécanicien qu’un électricien hors construction. L’autre chose, c’est que l’électricien hors construction n’a pas de taux horaire établi contrairement à l’électricien en construction. Cependant, tout ça fait perdre des emplois aux électriciens hors construction et, en embauchant un électromécanicien qui n’est pas formé pour effectuer une partie des tâches que doit faire un électricien hors construction, une compagnie omet de prendre certaines précautions liées à la sécurité et au risque d’accident», explique M. Delorme.

Bernard Delorme rappelle qu’un électricien hors construction peut travailler seulement pour une organisation détentrice d’un permis de constructeur-propriétaire en électricité (CPÉ), soit un employeur qui a le droit d’embaucher des électriciens et de leur faire réaliser des travaux de nature électrique à l’extérieur et à l’intérieur des bâtiments qu’il utilise. Du même coup, ces électriciens ont le droit d’installer, d’entretenir et de réparer tout équipement et installation électrique dans les bâtiments qui appartiennent ou sont sous la responsabilité de leur employeur et tout matériel électrique dans un bâtiment construit par l’employeur lui-même. Cet employeur doit détenir les permis de constructeur-propriétaire appropriés. Dans le cas contraire et en vertu du Code de la construction, un employeur qui n’est pas titulaire d’un permis de constructeur-propriétaire en électricité doit obligatoirement recourir aux services d’un entrepreneur en électricité membre de la Corporation des maîtres électriciens du Québec (CMEQ).

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Les plus populaires