L’Industrie électrique

Produits Véhicules
Des camionnettes équipées d’un système motopropulseur électrique réutilisable


mai 3, 2016
Par Eric Cloutier


Sujets
Voici une illustration des économies que permettra le projet de conversion de la motorisation de camionnettes standards par un système motopropulseur électrique réutilisable ; un projet que va réaliser Ecotuned Automobile sur deux véhicules prototypes pour le ministère des Transports du Québec. (Photo : site Web d’Ecotuned Automobile) La compagnie Ecotuned Automobile convertira sous peu la motorisation de camionnettes standards

La compagnie Ecotuned Automobile convertira sous peu la motorisation de camionnettes standards, ayant deux à trois ans d’usure et dont le groupe motopropulseur thermique est désuet, par un système motopropulseur électrique réutilisable, lequel constituera le premier dans sa catégorie.

 

Ecotuned Automobile fait partie d’un groupe de trois entreprises montréalaises (les deux autres étant Sanimax et Pyrowave) qui se partageront une aide financière totalisant plus de 3,5 millions $ (3 568 892 $) annoncée le 25 avril, dans la foulée du dévoilement de la Politique énergétique 2030, par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, et son collègue du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel.

Dans un premier temps, Ecotuned Automobile prévoit convertir deux véhicules prototypes pour le ministère des Transports (MTQ).

«À la suite de la phase d’essai et de raffinement, Ecotuned Automobile produira une première série de huit véhicules en partenariat avec divers clients testeurs. En mettant à profit la longévité du moteur électrique et de ses composantes, le système motopropulseur sera conçu pour être facilement transposé et réutilisé ultérieurement dans un autre véhicule de la même catégorie. Ainsi, la conversion électrique avec un système motopropulseur réutilisable permettra de prolonger la vie utile de plusieurs camionnettes et d’économiser plus de 80 % des coûts annuels d’utilisation», indique le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) par voie de communiqué.

«Avec une durée de vie estimée de 1 million de kilomètres, le système est capable d’être installé et réutilisé jusqu’à cinq fois dans 85 % des camionnettes sur le marché. Ainsi, la solution Ecotuned prolonge la vie des camionnettes et réduit les GES liés à la combustion du carburant, à la mise à la ferraille ainsi qu’à la production de nouvelles camionnettes. Comme les clients visés sont les gestionnaires de flottes, ceux-ci pourront bénéficier d’une entente de location moins dispendieuse qu’une petite berline électrique neuve, tout en économisant sur les coûts d’essence et en épargnant le remplacement du véhicule par un neuf», a spécifié Andy Ta, président-directeur général d’Ecotuned Automobile.

Les projets subventionnés «permettront la réduction annuelle d’émissions de gaz à effet de serre (GES) de 18 449 t éq. CO2, sont financés par le Fonds vert, plus particulièrement par les programmes ÉcoPerformance et Technoclimat dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques», souligne encore le MERN.

Les deux programmes sont financés par le Fonds vert et la quote-part des distributeurs de carburants et de combustibles fossiles. Le programme Technoclimat encourage le développement de nouvelles technologies ou de procédés innovateurs en matière d’efficacité énergétique, d’électrification des transports et d’énergies émergentes qui permettent la réduction des émissions de GES. Un budget total de près de 96 millions de dollars est prévu pour soutenir les mesures du programme.

Pour sa part, le programme ÉcoPerformance a pour but de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation énergétique des organisations par le financement de projets ou de mesures liés à la consommation et à la production d’énergie, de même qu’à l’amélioration des procédés. 

«La Politique énergétique 2030 présente cinq cibles ambitieuses, dont l’amélioration de 15 % de l’efficacité avec laquelle l’énergie est utilisée. D’ici à 2030, notre gouvernement s’engage à offrir plus de soutien aux entreprises pour les aider à convertir leurs procédés et leurs chaudières industrielles et accroître leur efficacité énergétique», a déclaré le ministre Pierre Arcand.

Pour sa part, l’entreprise Sanimax projette d’implanter, dans son usine, une technologie qui lui permettra de récupérer la chaleur des gaz de combustion de trois chaudières qui serviront à préchauffer l’eau du dégazeur, l’eau d’appoint de la chaufferie et l’eau de lavage de l’usine. L’énergie récupérée par Sanimax sera ensuite utilisée dans ses procédés de transformation. Un réseau de distribution de vapeur à basse pression doit également être installé pour valoriser le surplus de vapeur du dégazeur vers l’évaporateur.

«Cela engendrera une réduction annuelle de 2 138 t de gaz à effet de serre, sans contredit, une contribution substantielle à l’amélioration de l’environnement», a mentionné Martin Couture, président et chef de la direction de Sanimax.

De son côté, Pywowave veut démontrer l’opérabilité et la fonctionnalité d’une unité de traitement du même nom dans un environnement réel et représentatif du milieu visé pour sa commercialisation.

«À partir d’un procédé breveté de pyrolyse, la technologie Pyrowave chauffe les déchets en utilisant des micro-ondes en absence d’oxygène. Sous l’effet de la chaleur, les matières résiduelles en plastique et les déchets non recyclés, notamment ceux contenant de la matière organique, se décomposent pour former trois produits : une huile, un gaz et un charbon. Ainsi, l’huile pyrolytique produite serait par la suite soumise à un traitement simple de séparation (distillation) afin de fabriquer des produits pétrochimiques recyclés (monomère de styrène, paraffine, etc.) ainsi qu’un carburant (brut synthétique). Le gaz pourrait être utilisé pour produire de l’énergie électrique ou thermique alors que le charbon pourrait être utilisé comme combustible pour produire de l’énergie thermique. Du biogaz, de la biohuile et du biocharbon provenant des matières organiques comprises dans les intrants permettraient de réduire les émissions de GES s’ils sont utilisés en remplacement de combustibles fossiles. La technologie devrait également permettre de réduire les kilomètres parcourus pour la collecte des matières et l’envoi au site d’enfouissement», lit-on encore dans le communiqué.

«La technologie Pyrowave est la première technologie qui permet de recycler les déchets plastiques mixtes d’une manière rentable. Notre approche unique ferme la boucle des plastiques en les décomposant en leurs constituants de base qui sont ensuite réutilisés pour fabriquer de nouveaux plastiques vierges. Même si nous avons déjà testé la technologie à grande échelle, le soutien de Technoclimat est essentiel pour la construction de notre nouveau modèle de machine afin de prouver que notre approche est rentable sur les plans économique et environnemental», souligne Jocelyn Doucet, président-directeur général de Pyrowave

Pyrowave complète actuellement la fabrication d’un second prototype commercial qui devrait être opérationnel à l’automne 2016 sur le site de son usine situé à Valleyfield. En moyenne, cette technologie permettra de réduire les émissions de 0,43 t équivalent CO2 par tonne de plastique alimentée et générer une valeur nette pour les utilisateurs.

www.ecotuned.com