L’Industrie électrique

Information Nouvelles et Actualités
Hydro-Québec réduit de 88% ses émissions de GES par rapport à 1990


mai 17, 2016
Par Eric Cloutier
Le Rapport sur le développement durable d’Hydro-Québec pour l‘année 2015 a été rendu public le 9 mai. Hydro-Québec a réduit

Hydro-Québec a réduit, au cours de la dernière année, de 88 % ses émissions de GES par rapport à 1990, l’année de référence choisie par le gouvernement du Québec pour sa cible de réduction.

 

C’est ce qui ressort entre autres du Rapport sur le développement durable 2015 que la société d’État a rendu public le 9 mai. Ce document trace un portrait du rendement de l’entreprise relativement à ses principaux enjeux environnementaux, sociaux, économiques et de gouvernance.

«Hydro-Québec est reconnue comme un leader de l’hydroélectricité, dont l’exploitation engendre très peu de pollution. Elle contribue ainsi largement à la qualité de l’air au Québec. Tout en jouant un rôle clé dans l’économie québécoise, elle permet au Québec d’afficher un taux d’émission de gaz à effet de serre par habitant parmi les plus faibles d’Amérique du Nord», peut-on lire dans un communiqué.

Advertisment

«Elle contribue ainsi de façon marquée à la cible gouvernementale fixée à 37,5 % à l’horizon 2030, écrit encore Hydro-Québec.

«Une des choses qui nous place dans une si bonne position, avec la transition planétaire vers les énergies renouvelables en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre, est le choix de société qu’on a fait d’aller vers l’hydroélectricité, une énergie propre et renouvelable. Aujourd’hui, plus de 99 % de l’électricité produite par Hydro-Québec est de l’énergie propre et renouvelable, ce qui contribue à la qualité de vie des Québécois. L’effet bénéfique s’étend à nos marchés d’exportations, et nous en sommes très fiers» a fait valoir Éric Martel, président-directeur général d’Hydro-Québec.

Hydro-Québec ajoute que grâce à ses exportations en 2015, elle a «évité l’équivalent des émissions annuelles de 1,85 million d’automobiles». L’entreprise soutient également que depuis la mise en place de son Plan global en efficacité énergétique (PGEÉ) en 2003, ce plan  lui a permis d’économiser 8,8 TWh, «soit l’équivalant de la consommation annuelle de 500 000 ménages».

D’autre part, en matière d’engagement envers l’innovation technologique et l’électrification des transports, Hydro-Québec mentionne qu’elle a injecté 130 M$ en travaux de recherche et développement mené par son Institut de recherche, l’IREQ), spécialisé dans l’innovation en matière de production, de transport, de distribution et de stockage d’électricité.

«Les scientifiques, techniciens, ingénieurs et spécialistes de l’IREQ développent des solutions technologiques pour soutenir les activités de l’entreprise et créer de nouvelles possibilités de croissance. L’IREQ détient 1035 brevets. En 2015, Hydro-Québec a octroyé 7,9 M$ aux universités et en soutien à la recherche», lit-on encore dans le communiqué.

Hydro-Québec ajoute, dans un autre ordre d’idée, que le Circuit électrique, le premier réseau public de recharge de véhicules électriques (VÉ) au Canada et dont elle s’avère l’un des membres fondateurs, compte à ce jour 577 bornes de recharge, «dont 29 bornes de recharge rapide (400 V), réparties dans 16 des 17 régions administratives du Québec à la fin de l’année». Ce réseau regroupe 130 entreprises, institutions et municipalités dont la participation se traduit par l’achat et l’installation des bornes.

www.hydroquebec.com/publications/fr/documents-entreprise/rapport-developpement-durable.html