L’Industrie électrique

Actualités Nouvelles et Actualités
Installation, qualification et résolution de problèmes des systèmes à fibre optique (1ère partie)


septembre 28, 2015
Par Keith Foord
Ce système d’installation de câbles de dérivation à fibre optique peut aussi bien être portatif que monté sur un support. Il peut être utilisé pour pousser des câbles ronds ou plats dont le diamètre extérieur se situe entre 3 Les entrepreneurs électriques sont de plus en plus chargés de l’installation de câbles à fibre optique pour des applications de transmission de données. Installer un réseau de fibre (pousser

Les entrepreneurs électriques sont de plus en plus chargés de l’installation de câbles à fibre optique pour des applications de transmission de données. Installer un réseau de fibre (pousser, tirer) représente des défis similaires aux câbles de communication en cuivre et autres, auxquels s’ajoutent des exigences particulières.

 

Lorsque le câble optique est finalement installé, l’étape suivante consiste à qualifier le lien de la fibre optique pour s’assurer que tous les paramètres de conception du client ont été respectés. Cet article porte sur l’installation, la qualification et l’identification des liens de fibre optique typiques, de leurs problèmes, de leur diagnostic et finalement de leur réparation.

Les nuances du câble optique

Le câble à fibre optique possède plusieurs avantages par rapport aux câbles de transmission en cuivre, tels que les suivants : 

• densité de la bande passante plus élevée;

• plus petit et plus léger;

• isolement contre les interférences EMI/RFI (SCADA [système de contrôle et d’acquisition de données]);

• anti-intrusion (eau);

• immunité aux courts-circuits;

• vaste plage de températures;

• pas d’étincelles ni de risque d’incendie.

Le câble optique vient toutefois avec quelques exigences de sécurité supplémentaires. Vous ne devriez jamais regarder directement un câble optique, ni son extrémité, ni l’extrémité de n’importe quel instrument. La lumière émise par ces instruments et câbles est infrarouge et invisible à l’œil nu, mais peut s’avérer dommageable. Des lunettes de protection aux rayons infrarouge devraient être portées lorsque vous travaillez avec des câbles quand la fibre risque d’être active.

De plus, certains éclats de fibre provoqués par l’épissurage par fusion et le raccordement peuvent pénétrer dans les mains ou les yeux. Des gants et des lunettes de protection devraient donc être portés. Les retailles de coupe devraient être déposées dans un contenant adéquat.

La plupart des liens de communication de données sont de types réseau point à point (P2P), lesquels sont caractérisés par une source et un récepteur. Il peut s’agir d’un type de fibre unidirectionnel ou bidirectionnel, selon que les données doivent être transmises dans une ou deux directions. La fibre près de la source (FTTx – le «x» étant la résidence, l’entreprise, etc.) s’avère un autre type de réseau populaire. Les réseaux FTTx transmettent typiquement des données et des vidéos de façon bidirectionnelle via la topologie d’un coupleur.

Installation de câbles à fibre optique

Les câbles de dérivation à fibre optique sont traditionnellement tirés manuellement en raison de leur longueur relativement courte (50 à 500 pi, mais en moyenne 200 pi). Ces câbles peuvent être ronds, plats, blindés ou diélectriques. Bien que les distances à couvrir avec les câbles de dérivation soient typiquement courtes, celle dans les parcs d’affaires et les installations rurales peut parfois dépasser 500 pi, voire atteindre jusqu’à 1200 pi. 

La méthode traditionnelle pour installer des câbles de dérivation en fibre optique demeure le tirage à la main mais, avec la fréquence des installations qui augmente en raison de la demande croissante, la sécurité des travailleurs prend une nouvelle importance. Le tirage à la main représente un risque potentiel de blessures au poignet, au bras et à l’épaule. Les machines de tirage de câbles standard tendent cependant à être lourdes, difficiles à transporter de résidence en résidence, onéreuses et nécessitent trop de temps de réglage. 

La technologie de soufflage des câbles en fibre est en train de s’implanter pour les câbles de dérivation ronds ou plats avec des diamètres extérieurs de 3,0 à 10,5 mm, lorsque la fibre est poussée à travers des microconduits. De plus longues distances peuvent être couvertes avec de l’air comprimé (lancé) et des lubrifiants. Les fibres contenant de 1 à 144 microcâbles F peuvent être poussées ou lancées. Il est également possible de souffler de la fibre dans des conduits d’installations extérieures plus grands de ?, ?, 1 et 1? po de diamètre intérieur, à des vitesses de câblage de 25 à 300 pieds par minute (ppm). Le soufflage de la fibre réduit l’aspect dangereux de son tirage et pave la voie à des installations de câbles optiques efficaces.

Quelques câbles à fibre optique comportent des extrémités réalisées en usine, prêtes pour la qualification et l’activation du service une fois branchées. Cette option s’avère très pratique et les connecteurs se révèlent de très bonne qualité comme ils sont fabriqués en usine. Le désavantage est que la longueur exacte de la fibre n’est probablement pas disponible et l’excédent devra être disposé de façon sécuritaire et protégé contre les dommages. L’autre désavantage réside dans le maniement soigné du connecteur, lequel pourrait être endommagé durant l’installation de la fibre.

Lorsque les extrémités du câble optique ne sont pas réalisées en usine, elles devront – forcément – être effectuées sur place :  à l’aide de connecteurs d’épissure ou de connecteurs mécaniques, ou encore en épissurant la moitié d’un cordon de raccordement à l’extrémité de la fibre.

N.D.L.R. : La seconde partie de cet article est publiée dans le numéro de juin 2015 de L’industrie électrique.

Keith Foord est directeur de produit, fibre optique, chez Greenlee Communications (www.greenleecommunications.com), une division par laquelle Greenlee offre une gamme complète de solutions de test et mesure pour l’industrie des fournisseurs de service de communications. M. Foord oeuvre depuis plus de 20 ans dans l’industrie, travaillant à la conception et au développement de réflectomètres optiques temporels (OTDR), de systèmes de raccordement de fibre optique (OLTS), de sources au laser et de détecteurs.