L’Industrie électrique

Actualités Nouvelles et Actualités
Installation, qualification et résolution de problèmes des systèmes à fibre optique (2e partie)


septembre 28, 2015
Par Keith Foord
Cet appareil d’épissurage à fusion est conçu pour satisfaire pratiquement toutes les applications de fibre optique FTTx. Convenant à la fois aux applications d’épissurage intérieures et extérieures N.D.L.R. : La première partie de cet article a été publiée dans le numéro d’avril 2015 de L’industrie électrique.

N.D.L.R. : La première partie de cet article a été publiée dans le numéro d’avril 2015 de L’industrie électrique.

 

En résumé, l’auteur avait expliqué quelles étaient les nuances du câble optique, ses avantages par rapport aux câbles de transmission en cuivre mais également les exigences de sécurité supplémentaires liées au câble optique. Il a ensuite abordé la question de l’installation de câbles à fibre optique en parlant de la technologie de soufflage des câbles en fibre et de la méthode traditionnelle du tirage à la main pour l’installation de câbles de dérivation en fibre optique. Voici maintenant la seconde partie de cette chronique.

L’épissurage par fusion est utilisé pour relier deux câbles de fibre optique avec un appareil conçu pour épissurer un câble à fibre optique à un connecteur d’épissure. L’utilisation d’un tel connecteur offre plusieurs avantages par rapport aux connecteurs mécaniques et à la méthode consistant à épissurer la moitié d’un cordon de raccordement sur un câble optique (champ de fibre). 

Advertisment

Typiquement, les connecteurs d’épissure sont plus économiques que les connecteurs mécaniques. Le connecteur d’épissure est également précoupé et prêt pour l’épissurage au champ de fibre, permettant ainsi d’éliminer le dénudage de la fibre et le procédé de coupage coûteux en temps. Le besoin d’un plateau de jonction est également éliminé, comme le protecteur d’épissure est logé dans la gaine de retenue du connecteur. Les installations à fibre sont aussi plus nettes et faciles à gérer parce que vous n’avez pas besoin d’estimer la longueur du champ de fibre et du cordon de raccordement. Ainsi, le protecteur d’épissure obtenu peut être installé à l’intérieur d’un plateau de jonction.

Les connecteurs d’épissure n’ajoutent aucune perte additionnelle à l’ensemble connecteur comme l’épissurage par fusion ne génère pratiquement aucune perte, tandis qu’un connecteur mécanique pourrait ajouter jusqu’à 0,4 dB à la perte totale pour chaque connecteur.

Le connecteur d’épissure peut être utilisé dans des installations extérieures et n’est pas affecté par les variations de température et les vibrations mécaniques. Lorsqu’un connecteur mécanique est soumis à la température ou la contrainte mécanique, l’affaiblissement d’insertion et la perte de retour pourraient augmenter substantiellement. Cela est occasionné par les coupes de la fibre mal effectuées ou déplacées et/ou un gel d’indice ralenti déplacé ou séché. Par conséquent, les pertes totales et le taux d’erreur sur les bits pourraient être compromis avec des connecteurs mécaniques. L’extrémité des connecteurs d’épissure est polie en usine, surpassant le rendement des connecteurs polis sur le terrain.

Lorsqu’un connecteur mécanique devient lâche, vous devez d’abord diagnostiquer le problème avant de réparer le connecteur défaillant. Cela peut, en fait, devenir une des plus grandes économies de coûts des connecteurs à épissure, puisqu’ils ne subiront pas une telle défaillance, et qu’ils vous éviteront des déplacements coûteux. Les appareils d’épissurage par fusion peuvent émettre un historique de l’épissure, de manière à documenter sa réalisation et témoigner de sa qualité à travers le temps.

N.D.L.R. : La troisième partie de cet article sera publiée dans le numéro d’octobre 2015 de L’industrie électrique.

Keith Foord est directeur de produit, fibre optique, chez Greenlee Communications (www.greenleecommunications.com), une division par laquelle Greenlee offre une gamme complète de solutions de test et mesure pour l’industrie des fournisseurs de service de communications. M. Foord oeuvre depuis plus de 20 ans dans l’industrie, travaillant à la conception et au développement de réflectomètres optiques temporels (OTDR), de systèmes de raccordement de fibre optique (OLTS), de sources au laser et de détecteurs.