L’Industrie électrique

En vedette Énergie Énergies renouvelables
Le Canada septième au monde au chapitre de la puissance éolienne installée en 2015


février 2, 2016
Par Eric Cloutier


Sujets
L'éolien a poursuivi sa croissance rapide au Canada en 2015. Le Canada s’est classé au septième rang mondial au chapitre de la puissance éolienne installée

Le Canada s’est classé au septième rang mondial au chapitre de la puissance éolienne installée, avec un total de 11 205 MW, et au sixième rang mondial en ce qui concerne la nouvelle puissance ajoutée au cours de l’année 2015.

 

Telles sont les données dévoilées par l’Association canadienne de l’énergie éolienne (CanWEA), le 12 janvier.

«Au cours de la dernière année, le Canada a augmenté sa puissance installée de 1 506 MW grâce à la mise en service de 36 projets, dont 23 sont détenus au moins en partie par des communautés autochtones, des municipalités ou des intérêts locaux. L’éolien a répondu à environ 5 pour cent des besoins en électricité du pays, une production suffisante pour alimenter plus de trois millions de foyers», indique CanWEA par voie de communiqué. 

Advertisment

«Non seulement l’énergie éolienne a-t-elle poursuivi sur sa lancée en étant la source de production d’électricité la plus mise en service au Canada pour une cinquième année consécutive, mais elle a également enregistré une croissance annuelle moyenne de 23 pour cent depuis cinq ans (soit une moyenne de 1 438 MW par année)», explique Robert Hornung, président de CanWEA.

«Les nouveaux projets éoliens mis en service au Canada en 2015 représentent un investissement de plus de trois milliards de dollars, affirme M. Hornung. L’énergie éolienne stimule la croissance et la diversification de l’économie dans plus de 100 collectivités rurales du Canada grâce aux revenus de location, à l’impôt foncier et aux ententes établies avec les communautés d’accueil», renchérit M. Hornung.

Au Canada, c’est la province de l’Ontario qui termine au premier rang pour la taille et la croissance de son marché avec l’ajout de 871 MW en 2015. Cela porte sa puissance installée totale à 4 361 MW.

«Grâce aux contrats signés et aux achats prévus dans le cadre du nouveau processus d’approvisionnement pour les grands projets d’énergie renouvelable, plus de 2 000 MW supplémentaires doivent être mis en service dans les prochaines années», fait encore valoir l’association.

Quant au Québec qui constitue le deuxième marché de l’éolien au pays, il se classe également au deuxième rang en termes de nouvelle puissance installée, et cela grâce à l’ajout de 397 MW en 2015, pour un total de 3 262 MW.

«Cette puissance provient notamment du plus grand projet en plusieurs phases jamais réalisé au Canada : le parc éolien de 350 MW de Rivière-du-Moulin. Une première phase de 150 MW a été mise en service en 2014 et une deuxième phase de 200 MW, en 2015. La province ajoutera par ailleurs 700 MW à cette puissance au cours des deux prochaines années», ajoute CanWea.

Dans les provinces Maritimes, la puissance installée actuelle totalise 1 104 MW, soit 294 MW au Nouveau-Brunswick, 204 MW à l’Île-du-Prince-Édouard, 55 MW à Terre-Neuve et 552 MW en Nouvelle-Écosse. Cette dernière province dispose à présent de cette puissance installée grâce à l’ajout de 186 MW en 2015. Une partie de cette puissance provient d’un des plus grands projets éoliens détenus par une municipalité au Canada, en l’occurrence Sable Wind grâce à son parc éolien de 14 MW.

L’éolien répond à environ 40 pour cent des besoins en électricité de l’Île-du-Prince-Édouard et à près de 10 pour cent de ceux de la Nouvelle-Écosse, en dépit du fait que le total de la puissance installée en Nouvelle-Écosse s’avère de deux fois et demie supérieur à celui de l’Île-du-Prince-Édouard.

Du côté des provinces de l’Ouest, l’Alberta constitue le troisième marché de l’éolien au pays avec une puissance installée de 1 500 MW. Cependant, cette province, qui a procédé à l’ajout de 29 MW en 2015, s’est surtout démarquée par son engagement à remplacer les deux tiers de l’électricité produite au charbon par de l’énergie renouvelable, en novembre dernier. Résultat : sa puissance installée devrait donc connaître une augmentation de plusieurs milliers de mégawatts au cours des 15 prochaines années.

Scénario similaire en Saskatchewan où la puissance installée a haussé de 23 MW en 2015. En novembre, la Saskatchewan s’est engagée à faire passer sa puissance totale installée de 221 MW, seuil auquel elle se trouve actuellement, à plus de 2 000 MW d’ici 2030. Elle prévoit lancer son premier processus d’approvisionnement supplémentaire d’énergie éolienne en 2016.

«La puissance installée en Colombie-Britannique est quant à elle demeurée stable en 2015, se chiffrant à 489 MW, tout comme celles du Manitoba à 258 MW, des Territoires du Nord-Ouest à 9 MW et du Yukon à près de 1 MW», souligne CanWEA.

La société financière américaine Lazard, en novembre, a publié un rapport indiquant que le coût de l’énergie éolienne a chuté de 60 pour cent au cours des six dernières années. Il s’agit d’une tendance à la baisse qui devrait se poursuivre selon CanWEA, qui ajoute que «les coûts du gaz naturel – le principal concurrent de l’éolien dans la plupart des marchés au Canada – seront exposés à la fluctuation du prix de la ressource et de celui du carbone».

«Selon les projections, nous prévoyons l’ajout d’au moins 1 000 MW au Canada en 2016, soutient M. Hornung. Les récentes politiques adoptées en Alberta et en Saskatchewan montrent clairement que les perspectives de croissance de l’éolien restent fortes, même au-delà de 2016.»

Au total, six fabricants d’éoliennes, tous membres de CanWEA, ont fourni la technologie liée à la nouvelle puissance installée en 2015. Siemens Canada, représentant près de 50 % des éoliennes, s’affiche au premier rang de ce groupe. Suivent respectivement Senvion Canada, GE Énergies renouvelables, ENERCON, ACCIONA Windpower et Vestas Canada. 

www.canwea.ca