L’Industrie électrique

En vedette Énergie Transport et distribution
Le long chantier du complexe de la Romaine de 2009 à 2020


Une vue générale de la centrale de la Romaine-2 mise en service en décembre 2014. Depuis six ans

Depuis six ans, Hydro-Québec Production, une filiale d’Hydro-Québec, s’affaire à construire un complexe hydroélectrique de 1550 mégawatts (MW) sur la rivière Romaine, au nord de la municipalité de Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord.

 

Il s’agit d’un complexe qui, à son terme, sera constitué de quatre centrales dont les travaux de conception et de construction ont été confiés à une autre filiale de la société d’État, Hydro-Québec Équipement et Services partagés. Cette dernière constitue un client d’Hydro-Québec Production. Du commencement de ce chantier, en 2009, à sa finalité prévue en 2020, onze années se seront écoulées. Au terme de ce délai, 8 térawatts/heure (TWh) d’électricité en moyenne seront produits annuellement grâce aux quatre centrales alimentées par des réservoirs, tandis que la zone d’implantation du complexe sera reliée à la route 138 par une route permanente totalisant 150 km.

Les travaux liés à l’ensemble du chantier de la Romaine ont, de 2009 jusqu’à la fin de 2014, généré des contrats d’une valeur de plus de 2,7 milliards $, dont 694 millions $ sur la Côte-Nord. Durant trois années d’affilée (2012 à 2014), plus de 2200 travailleurs ont oeuvré annuellement sur ce chantier.

Advertisment

Chaque aménagement sera constitué d’un barrage en enrochement, d’une centrale équipée de deux groupes turbines-alternateurs et d’un évacuateur de crues. La superficie totale des quatre réservoirs n’atteindra que 279 km2, en raison du relief très encaissé de la rivière Romaine. Les barrages des centrales de la Romaine-1, 2, 3 et 4 se trouveront respectivement à 52,5, 90,3, 158,4 et 191,9 km de l’embouchure de la rivière dont le bassin versant aboutit dans le fleuve Saint-Laurent.

Une première centrale en service

La construction de l’aménagement de la centrale Romaine-2, amorcée en 2009, est déjà complétée. Hydro-Québec a confirmé, le 18 décembre 2014, sa mise en service commerciale. Cette dernière s’est déroulée dans les délais et les budgets prévus, soit après environ deux mois d’essais.

Cette centrale, dont les travaux ont été amorcés voilà cinq ans, ajoutera environ 3,3 TWh d’énergie propre au parc de production de l’entreprise et permettra également à Hydro-Québec de fournir 640 MW de puissance sur son réseau électrique pour répondre aux besoins de pointe selon la demande, notamment en hiver. Les mégawatts produits par la Romaine-2 sont acheminés par la ligne de transport reliant cette centrale au poste Arnaud, situé à proximité de Sept-Îles.

Il en coûtera 6 ¢/kWh pour fournir de l’électricité via la centrale de la Romaine-2, et cela «grâce à une gestion rigoureuse du projet et à l’obtention de très bons taux de financement», a fait savoir la société d’État par voie de communiqué, le 18 décembre.

Dotée de deux groupes turbines-alternateurs de type Francis, la centrale de la Romaine-2 s’avérera la plus puissante du complexe et la plus imposante à presque tous les points de vue. Outre sa puissance installée de 640 MW et sa production annuelle moyenne de 3,3 TWh, la centrale de la Romaine-2 est dotée de six digues (comparativement à une seule digue pour chacune des centrales de la Romaine-1 et de la Romaine-3). La hauteur de son barrage s’élève à 109 mètres et la hauteur de sa chute nette à 158 mètres.

La galerie d’amenée, qui consiste en un tunnel de 5,5 km reliant le réservoir à la centrale de la Romaine-2, a été terminée en 2012, tandis que l’installation de ses groupes turbines-alternateurs, ainsi que des systèmes électriques, mécaniques et de commande, s’est déroulée en 2013 pour se prolonger et se terminer en 2014.

La superficie du réservoir de la centrale Romaine-2 totalise 85,8 km2, ce qui en fait le deuxième plus grand réservoir des quatre projetés. Le remplissage de celui-ci a eu lieu en mai dernier pour atteindre son niveau d’exploitation à la fin de l’été.

Des débits écologiques ont été convenus avec deux ministères fédéral et provincial, soit Pêches et Océans Canada et le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) – devenu le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements climatiques (MDDELCC) au printemps 2014 lors de la création du nouveau ministère de la Faune, des Forêts et les Parcs nationaux (MFFP) – afin de préserver le cycle de reproduction du saumon. Ces débits ont été maintenus durant la période de remplissage et lors de l’exploitation du réservoir. En ce qui a trait aux conditions de navigation au cours de l’été 2014, un chenal a été maintenu pour assurer le passage des embarcations à moteurs en aval de la centrale Romaine-2.

Deux autres centrales en chantier

Les travaux d’aménagement des centrales de la Romaine-1 et de la Romaine-3, dont les mises en service respectives sont prévues en 2016 et 2017, sont déjà entamés depuis 2012. Chacune étant également équipée de deux groupes turbines-alternateurs de type Francis, les centrales de la Romaine-1 et de la Romaine-3 auront respectivement une puissance installée de 270 MW et 395 MW (pour une production annuelle moyenne respective de 1,2 et 2 TWh).

La hauteur du barrage de la centrale de la Romaine-1 atteindra 37,6 mètres pour une hauteur de chute nette de 62 mètres, ce qui fera de ce barrage le moins élevé des quatre. Celui de la centrale de la Romaine-3 totalisera 92 mètres d’élévation, pour une hauteur de chute nette de 119 mètres, ce qui le classe au deuxième rang à ce chapitre.

Le réservoir de la centrale de la Romaine-1 ne fera que 12,6 km2, ce qui s’avérera la plus petite superficie des quatre réservoirs de ce complexe hydroélectrique. Au troisième rang, celle du réservoir de la centrale de la Romaine-3 s’étendra sur 38,6 km2.

Les travaux d’excavation de la niche et du canal d’amenée de la centrale de la Romaine-1 ont été amorcés en 2012 et se sont poursuivis durant l’année suivante. L’excavation de la galerie de dérivation a également débuté en 2012, afin de permettre l’assèchement du lit de la rivière en vue de la construction du barrage commencée depuis 2013.

Les travaux de bétonnage des conduites forcées ont été parachevés, ainsi que ceux pour l’évacuateur de crues achevés en juillet et pour la prise d’eau qui se sont terminés à l’automne. Le déboisement du réservoir s’est poursuivi jusqu’à l’automne. Les travaux de bétonnage de la centrale prendront fin ce printemps et la construction du poste de la Romaine-1 au cours de l’été 2015, tandis que ceux pour la construction du barrage se poursuivent selon les échéanciers prévus. Hydro-Québec Production et Hydro-Québec Équipement et Services partagés planifient pour l’hiver 2016 la fin de l’installation des systèmes électriques, mécaniques et de commande de la centrale de la Romaine-1 et pour le printemps 2016 celle de ses groupes turbines-alternateurs.

Du côté de la centrale de la Romaine-3, les travaux préparatoires à la construction du barrage, de la digue B3, de l’évacuateur de crues et de la prise d’eau ont été entrepris à l’hiver 2014 et se poursuivront jusqu’en 2016. L’excavation de la galerie d’amenée de 1700 mètres a été amorcée l’été dernier, tandis que le déboisement du réservoir a commence à l’automne et se terminera ce printemps. Le bétonnage de la dérivation provisoire et l’excavation de la centrale et du canal de fuite ont tous les deux été complétés à l’automne, tandis que le début du bétonnage de la prise d’eau et de l’évacuateur de crues est prévu pour cet hiver. Ces travaux se poursuivront jusqu’au printemps 2016.

L’ingénierie de la Romaine-4 amorcée

En ce qui concerne la centrale de la Romaine-4, les travaux d’ingénierie en vue de sa conception et de sa réalisation sont déjà amorcés. La fin de l’étape d’investigation géotechnique était prévue à l’automne 2014. La construction de son aménagement débutera normalement en 2016.

Son barrage se classera au troisième rang en termes d’élévation en raison de sa hauteur qui atteindra 87,3 mètres pour une hauteur de chute nette de 88 mètres. Si aucune indication n’est actuellement fournie quant au nombre de digues que comptera l’aménagement de la Romaine-4 dans le tableau des principales caractéristiques en matière d’aménagements publié sur le site Web du projet (www.hydroquebec.com/romaine), on sait, en revanche, que le réservoir de la future centrale de la Romaine-4 comptera la plus grande superficie, soit 142,2 km2.