L’Industrie électrique

Information Nouvelles et Actualités
Québec octroie près de 171 900 $ à l’érablière Les 5 Zef pour sa conversion à l’électricité


septembre 1, 2016
Par Eric Cloutier

L’érablière Les 5 Zef,  une entreprise familiale située à Rivière-à-Pierre, dans la région de Portneuf, et qui constitue l’une des plus grandes érablières du Québec, a investi 500 000 $ dans un projet visant à convertir ses équipements à l’électricité et pour lequel Québec lui a octroyé, le 16 août, une aide financière de 171 867 $.

 

Ce montant provient du Fonds vert et s’inscrit dans le cadre du programme ÉcoPerformance découlant du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques. Le député de Portneuf, Michel Matte, a fait l’annonce de cette subvention au nom du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, et de son collègue du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel.

L’érablière Les 5 Zef s’avère la plus grande sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent et figure dans le top 5 des érablières au Québec selon ce que rapporte l’hebdomadaire Le Courrier de Portneuf sur son site Web. L’entreprise produit 30 000 gallons de sirop. En moyenne, les érablières au Québec comptent 6500 entailles, tandis qu’à elle seule, l’érablière Les 5 Zef en totalise 122 500. 

«Pour produire son sirop d’érable, l’entreprise acéricole fait appel à un système d’osmose inversée auquel s’ajoutent trois évaporateurs d’eau d’érable qui fonctionnent au mazout léger», explique le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) par voie de communiqué.

«Le projet consiste à remplacer les trois évaporateurs par deux nouveaux appareils entièrement électriques qui récupèrent l’énergie contenue dans la vapeur. Ceux-ci permettront une réduction de l’utilisation de 50 300 litres de mazout léger», ajoute le MERN.

Cette quantité de mazout léger équivaut à celle que brûle l’érablière à chaque printemps. Cependant, en raison d’une saison exceptionnelle cette année, cette quantité de mazout léger s’est avérée plus élevée. Résultat : la production de sirop d’érable a augmenté de 25% en 2016, comparativement à l’an dernier.

Par ce projet, l’érablière Les 5 Zef veut ainsi réduire de 30 000 $ ses coûts de production et de 138 tonnes ses émissions de gaz à effet de serre.

La compagnie Solutions Novika, anciennement le Centre spécialisé de technologie physique du Québec a mis au point la technologie utilisée par les nouveaux évaporateurs électriques, en partenariat avec l’entreprise Tôle Inox. Ce projet avait obtenu, en 2012, une aide financière dans le cadre du Programme d’aide à l’innovation en énergie mis en place par le MERN.

«L’entreprise familiale Les 5 Zef inc. a le souci de poursuivre ses activités en diminuant sa consommation d’énergie et sa dépendance aux énergies fossiles et je suis fier que notre gouvernement encourage la réalisation d’un tel projet. Il est important de soutenir cette entreprise acéricole qui constitue une grande fierté pour Portneuf», a déclaré Michel Matte.

«Avec la Politique énergétique 2030 que notre gouvernement a lancée le 7 avril dernier, nous nous sommes engagés à réduire de 40 % la quantité de produits pétroliers consommés au Québec et à améliorer de 15 % l’efficacité avec laquelle l’énergie est utilisée», a déclaré, de son côté, le ministre Arcand.

«Grâce au Fonds vert, dont les revenus sont principalement issus du marché du carbone, le gouvernement soutient les entreprises dans leur transition vers un monde plus sobre en carbone», a, pour sa part fait valoir le ministre Heurtel.

Les frères Renald, Roméo, Laurier, Alain et Mario Gauthier exploitent l’érablière Les 5 Zef (une appellation inspirée du nom de leur père, Joseph) depuis 35 ans. Celle-ci, qui s’avérait la plus grosse à la fin des années 1980 et qui comptait à l’époque 40 000 entailles, a connu un développement majeur depuis 25 ans selon les cinq frères qui envisageaient la conversion de leurs équipements à l’électricité depuis quelques années. Cependant, les frères Gauthier attendaient que les technologies soient suffisamment développées avant d’injecter des fonds. Ils voulaient également s’assurer qu’une relève au sein de leur famille allait reprendre l’exploitation de l’entreprise avant de procéder à des investissements de cette envergure et pour lesquels l’aide gouvernementale en réduira de moitié la période d’amortissement.

Les nouveaux équipements seront installés à la fin de l’année et feront l’objet d’un rodage avant la saison des sucres. Selon Roméo Gauthier, la coulée dure une trentaine de jours, de la mi-février à avril. L’entreprise Les 5 Zef emploie environ 15 travailleurs au cours de cette période.