L’Industrie électrique

Information Nouvelles et Actualités
Siemens et Franklin Empire dévoilent les boîtes d’engrenages Simogear et leur centre d’assemblage à Boucherville


juillet 21, 2016
Par Eric Cloutier
De gauche à droite sur la photo de gauche Siemens et Franklin Empire ont annoncé le lancement canadien

Siemens et Franklin Empire ont annoncé le lancement canadien, le 20 juillet à Boucherville, de la nouvelle série de boîtes d’engrenages Simogear.

Cette activité coïncidait avec l’annonce d’un nouvel accord conclu entre les deux compagnies pour l’assemblage des moteurs d’engrenages Simogear au Canada, ainsi qu’avec l’inauguration de la nouvelle section des locaux abritant le centre d’assemblage automatisé et de services de DS Tech, une compagnie créée en 2003 et devenue une filiale de Franklin Empire en 2012.

DS Tech a pignon plus précisément sur la rue Newton dans le parc industriel de Boucherville, depuis 2007. C’est là que, d’une part, seront vendus, entreposés et distribués les nouveaux produits de la gamme Simogear et que, d’autre part, des clients de DS Tech pourront apporter leurs produits pour réparation, assemblage ou service de production clé en main d’équipements selon leurs besoins spécifiques.

La superficie des locaux de DS Tech, qui effectue également de la recherche et du développement (R et D), totalise maintenant 15 000 pieds carrés (comparativement aux 3000 pieds carrés qu’elle y occupait à son arrivée en 2007), et ce grâce à une progression constante de son chiffre d’affaires annuel et, tout dernièrement, grâce à l’ajout de la nouvelle zone d’assemblage et d’entreposage qui, à elle seule, compte 6000 pieds carrés. Cinq stations d’assemblage automatisées, chacune d’une longueur de 20 pieds et d’une largeur de 20 pieds, seront livrées et installées sous peu dans une section de cette nouvelle zone dans laquelle plusieurs systèmes de palettisation sont déjà aménagés et prêts à accueillir les premiers inventaires de boîtes d’engrenages Simogear.

Advertisment

«C’est la première fois que Franklin et Siemens vont procéder, avec la gamme de produits Simogear, à l’assemblage de boîtes d’engrenages au complet en sol canadien», a indiqué Bernie Backman, vice-président de Franklin Empire.

«Nous disposerons d’un inventaire permanent qui couvrira l’ensemble de la gamme de produits Simogear, et cela pour une période équivalant à environ un an. Cela signifie que nous prévoyons des ventes qui totaliseront environ 2 millions $ annuellement. Nous attendons présentement plus de 100 unités de produits Simogear, soit plus exactement 108 ou 109, que nous avons commandées à Siemens voilà un mois et demi et qui, d’ici la fin de juillet, nous seront acheminées d’Allemagne par la division Digital Factory de Siemens qui les fabrique», mentionne Daniel St-Laurent, directeur général de la division DS Tech de Franklin Empire, au cours d’une entrevue accordée à L’industrie électrique au terme de l’inauguration.

MM. St-Laurent et Backman, qui étaient accompagnés lors de la cérémonie de coupe de ruban officielle par Udayan Pandya, directeur des systèmes d’automatisation chez Siemens Canada, François Béland, directeur des ventes de Franklin Empire et Nilesh Patel, directeur de segment, Digital Factory, chez Siemens Canada, soulignent que DS Tech dessert différentes entreprises dans les secteurs des industries électrique, minière et plastique notamment.

«Nous comptons surtout des clients qui oeuvrent dans les secteurs industriels, comme ceux des matières premières et de la transformation de produits. On travaille beaucoup avec des sociétés d’État telles qu’Hydro-Québec et des compagnies comme Rio Tinto Alcan, Alcoa et Ciment Québec entre autres. On s’occupe surtout d’électrification. À chaque fois qu’on vend une boîte d’engrenages, on dispose d’un moteur et d’un train électriques. On transmet la puissance produite par le moteur électrique avec un découplement jusqu’à l’arbre de sortie», précise-t-il.

La particularité des boîtes d’engrenages Simogear, qui vont succéder à la série de boîtes d’engrenages Motox, tient au fait que leurs systèmes intégrés de variateurs de fréquences peuvent atteindre une efficacité s’élevant à environ 96 ou 97%, ce qui s’avère très rare dans l’industrie selon Daniel St-Laurent.

«Normalement dans l’industrie, l’efficacité maximale des systèmes intégrés de variateurs de puissance se situe généralement plus bas, c’est-ça-dire entre 90 et 94%. Le produit a non seulement été conçu pour répondre à la demande de la clientèle, mais son prix de vente est d’environ 40% moins élevé que les prix d’autres boîtes d’engrenages disponibles sur le marché», confie M. St-Laurent, qui souligne que la gamme des produits Motox disparaîtra dans dix ans, c’est-à-dire à l’expiration du délai obligeant Franklin Empire et Siemens à maintenir la disponibilité de ces produits en vertu de la loi.

«Ici à Boucherville, nous pouvons stocker jusqu’à une capacité 16 mégawatts (mW) d’énergie en termes d’équipements et de produits. Nous pouvons aussi fabriquer jusqu’à 200 000 Newton mètres (N  m) dans la même semaine, et cela en terme de couple de sortie. Personne au Canada ne peut dire qu’il est en mesure de fabriquer jusqu’à 200 000 N m par semaine à partir de ses stocks. On procède à notre propre contrôle de qualité à l’interne. On fait également des vérifications par éléments finis et des simulations de charges sur des boîtes d’engrenages, ainsi que des montages complexes pour arriver à fabriquer des équipements du premier coup, et cela sans modification», conclut M. St-Laurent.