L’Industrie électrique

Information Nouvelles et Actualités
Un système écoénergétique pour le Parc olympique de Montréal


août 30, 2016
Par Eric Cloutier
La Régie des installations olympique (RIO) investit en ce moment plusieurs dizaines de millions de dollars

La Régie des installations olympique (RIO) investit en ce moment plusieurs dizaines de millions de dollars, entre autres avec la Ville de Montréal, pour moderniser les systèmes énergétiques du Parc olympique selon ce qu’a dévoilé, en exclusivité, Radio-Canada le 29 août, et cela même si la RIO a refusé de commenter le projet.

 

Ces travaux majeurs, chapeautés par la firme québécoise Ecosystem (la même qui a converti le Biodôme à la géothermie voilà près de dix ans, ont été amorcés voilà plusieurs semaines. Ils ont pour objectif d’augmenter l’efficacité des systèmes énergétiques.

La RIO estime que les économies d’énergie que généreront ces travaux devraient lui permettre d’obtenir un retour sur son investissement dans plus ou moins dix ans, puisque chacune des composantes du système énergétique actuel, – en l’occurrence la ventilation, l’eau refroidie, le chauffage et la centrale thermique – sera tantôt remplacée, tantôt modifiée en partie

La RIO utilisera dorénavant l’eau de chauffage pour générer de la chaleur, délaissant ainsi le mode de production de chaleur à base de vapeur. Quant aux nouveaux systèmes de ventilation, ceux-ci permettront de récupérer la chaleur dégagée par les appareils informatiques et les employés.

Toujours selon Radio-Canada, le projet, qui devrait faire l’objet d’une annonce officielle dans un avenir rapproché, constitue un changement majeur pour l’ensemble du quadrilatère olympique dont le coeur énergétique demeure la RIO. Cette dernière fournit en totalité ou en partie de l’énergie aux installations qu’elle possède, de même qu’à l’aréna Maurice-Richard, au centre Pierre-Charbonneau, au village olympique et au cinéma Star Cité. La consommation énergétique annuelle du quadrilatère olympique s’élève entre 500 000 à 600 000 gigajoules qui provenant de diverses sources d’énergie : électricité, gaz et mazout.

Pour sa part et par courriel, la Ville de Montréal, qui est propriétaire de l’aréna Maurice-Richard et du centre Pierre-Charbonneau, a confirmé à Radio-Canada qu’elle investissait dans le projet de la RIO, en soulignant que celui-ci «s’avère la solution globale la plus économique pour répondre aux besoins de la Ville en matière de fourniture d’eau refroidie, d’eau de chauffage et d’électricité». Montréal, qui n’a toutefois pas dévoilé le montant de sa participation financière, soutient qu’elle devra procéder à la réfection de ses propres installations d’ici un an.

«La RIO nous a récemment annoncé vouloir procéder à la fin de la fourniture de la vapeur à la fin de l’hiver 2017», ajoute la Ville de Montréal qui renégocie actuellement son contrat quinquennal d’approvisionnement en énergie avec la RIO.

Entre 2008 et 2014, les tarifs d’énergie facturés par la RIO à la Ville de Montréal ont grimpé de plus de 25%, faisant passer les coûts annuels en énergie de l’aréna Maurice-Richard et du centre Pierre-Charbonneau de 537 000 $ à 734 000 $. Le nouveau contrat de cinq ans qui devrait être conclu par les deux parties, débutera le 1er avril 2017 et régularisera les conditions de fourniture de ces services.